05. Logements Sociaux

CONSTRUIRE 1.500 LOGEMENTS SOCIAUX à IRATY

La loi SRU fixe un objectif de 25 % de logements sociaux irréalisable pour Biarritz. Il y en a 1.579 sur les quelques 22.000 logements. Le ministère de la Cohésion des territoires va nous infliger un arrêté de carence pouvant être assorti de pénalités majorées.L'amende sera de l’ordre de 900 000 à 1 million d’euros. Or Biarritz est dans une situation inextricable en raison du manque de foncier, de la loi littoral, des zones non constructibles en raison de l'aéroport et du prix du foncier qui ne facilite pas les opérations. Pour rattraper son retard, Biarritz devrait construire pas moins de 252 logements par an d’ici 2025. Peu ambitieux, le Plan local de l’Habitat adopté par l’Agglomération fixe un objectif de 66 logements sociaux nouveaux par an jusqu’en 2021.

Avec la livraison des logements de Kléber, l'objectif a été rempli. Mais la situation est difficile pour ceux qui veulent se loger. 

Le délai d’attente pour obtenir un logement social à Biarritz est anormalement long. Il est passé à trois ans, voire plus. Les programmes mis en chantier par cette municipalité sont insuffisants. La future résidence Grammont comptera 23 logements en locatif social plus 12 en accession, à Kleber, 76 logements restent à livrer fin 2019, à l’école Larochefoucauld, les travaux de 28 logements sociaux sont en cours, rue Jean-Bart, les locaux des AEL (Amis de l’école laïque) vont être transformés en 8 logements, rue de Courasson, 2 seront réservés aux réfugiés, au Reptou, les anciens appartements des instituteurs deviendront 6 logements sociaux. 11 sont prévus dans un programme privé, avenue Lahouze, et 13 rue Lamandé. Au total 179 logements sociaux seront livrés dans les 3 ans.

300 logements vont être créés à Aguilera dans les 5 ans si tout va bien et dans 11 ans si c'est comme à Kléber ! (le programme Kléber lancé en 2007 ne s'achèvera qu'en 2019!). 

Pour ma part, j'avais dans mon programme de 2014, prévu de lancer immédiatement la construction de logements sociaux sur la zone d'Iraty. Cette zone, déjà pourvue d'un centre commercial, proche de l'autoroute, de la gare et de l'aéroport, est idéale pour du logement.

Il y avait là suffisamment de foncier pour éviter de voir Biarritz sanctionnée par un arrêté de carence et le prix du foncier sur cette zone permettait de satisfaire aux besoins à moindre coût.

On peut, sans difficulté, créer 1.000 à 1.500 logements sur la zone d'Iraty. C'est la seule solution pour satisfaire la demande fort importante.

La Communauté d’Agglomération Pays Basque, par lettre du 23 mai 2019, a informé la Ville de Biarritz qu’elle se propose d’inscrire l’opération d’aménagement d’Iraty comme une des premières opérations communautaires de la Communauté Pays Basque, proposant une méthode et un calendrier 

La Communauté d’Agglomération Pays Basque en raison notamment des mixités sociales au cœur de cette opération, auxquels s’ajoutent d’importants enjeux de mobilité, les questions foncières, se propose donc d’intervenir.

C’est ainsi que le Conseil de la Communauté d’Agglomération Pays Basque délibérera pour déclarer son intérêt à agir sur cette opération, tout en se substituant alors à la commune pour les portages fonciers et en engageant les études préalables nécessaires. 

En conséquence, eu égard à l’intérêt pour la ville de Biarritz d’avancer sur cette opération d'intérêt communautaire très importante pour son développement urbain et ses enjeux, le Conseil Municipal a donné son accord le 28 septembre 2019 à l’intervention de la Communauté d’Agglomération Pays Basque, étant entendu que la ville de Biarritz sera étroitement associée dans les décisions et les choix importants relatifs à cette opération d’aménagement.