Jean-Benoît SAINT-CRICQ, avocat, 62 ans d'une famille de Biarrots depuis 4 générations 
 
Scolarité :
- primaire : école Paul Bert, Biarritz
- secondaire : Saint-Bernard et Saint-Louis Villa Pia, Bayonne

Diplômes :
Maîtrise en Droit des Affaires – 1979 CAPA (avocat) –1979
Spécialisation en droit de la propriété intellectuelle 1994 
Spécialisation en droit immobilier 1995

Service National :
Ecole Militaire de Saumur - Arme Blindée Cavalerie
Aspirant au 11ème Régiment de Chasseurs - Berlin
Capitaine de réserve au 49ème RI
 
1981 inscription comme Avocat à la Cour au Barreau de BAYONNE 

Situation Familiale : marié, père d’un garçon de 20 ans

Tête de Liste aux Elections Municipales de 2001, 2008 et au 1er tour de 2014

Conseiller Municipal à Biarritz depuis 2001

Interview réalisée par Jean-Philippe SEGOT dans le Journal de Biarritz, sous le titre :

"Rencontre avec Jean-Benoît Saint-Cricq"


Jean-Benoît Saint-Cricq pourquoi vous-êtes vous engagé dans la vie politique, en 2001, en conduisant une liste aux municipales, alors que vous avez des obligations professionnelles extrêmement prenantes ?

Tout simplement, en janvier 2001, lors de l'annonce de la défection de Mr BRISSON qui a abandonné le RPR avec ses colistiers pour un strapontin à la Mairie de Biarritz, notre mouvement s'est trouvé décapité et semblait dans l'incapacité de présenter une liste aux municipales, du 11 mars suivant.

Bien que n'ayant aucune expérience politique, avec le concours de Biarrots déterminés, nous avons réussi l'exploit de monter une liste et, en un mois de campagne, d'obtenir 21,43 % de suffrages. Depuis, aux élections de 2008 nous avons obtenu 30%,  ce qui dénote la force de nos idées,

Dans votre propre famille de l'U.M.P., notamment de la part des élus qui siègent aux côtés de Didier Borotra, on vous reproche votre gaullisme tardif. Avez-vous une réelle légitimité à défendre ce parti politique à Biarritz, alors que le patron du groupe U.M.P. du Conseil général est Max Brisson ?

Ceux qui me reprochent un prétendu gaullisme tardif n'ont pas honoré le mouvement gaulliste par leur conduite. Pour ma part, je n'ai pas été exclu du RPR comme Mr BRISSON
 et sa participation à l'actuelle majorité de Mr BOROTRA, composée d'UDF, d'élus socialistes et ABERTZALE continue de brouiller l'image de l'U.M.P. sur le plan local.

On vient de voir que vous réussissez à mobiliser autour de vous près d'une centaine de personnes à travers des associations de soutien. Comment expliquez-vous cet « engouement »  envers votre personne et vos idées ?

Notre action est franche et nos idées sont celles des Biarrots qui sont préoccupés par les dépenses faramineuses et injustifiées de cette Mairie qui sombre dans la démesure. La sincérité de notre démarche, exempte de calcul politicien, est perçue par nos concitoyens qui nous témoignent de jour en jour d'un soutien grandissant.

On imagine que ces soutiens vous donneront l'envie de vous présenter aux municipales. Quelles seront les grandes lignes de votre projet pour Biarritz ?

Nous avons déjà annoncé que nous serons présents lors des prochaines élections municipales. Notre programme sera une rupture avec la politique actuelle. Nous garantissons une pause pour les finances locales. Pas de grandes réalisations dispendieuses, mais une politique ouverte sur les Biarrots et leurs associations. Il faut 
favoriser l'initiative privée des bénévoles qui est admirable. Il faut penser aux quartiers malheureusement négligés et restaurer l'image de la Ville, ce qui ne nécessite pas des millions d'€uros, mais seulement un peu d'idée.

Compte tenu de la période de gaspillage que Biarritz vient de traverser, il est évidemment hors de question de se livrer à des dépenses somptuaires. La Cité du Surf, totalement inutile et ruineuse, doit être requalifiée. Nos falaises, jardins et voiries seront rénovés. La Ville sera nettoyée et nos équipements seront entretenus, ce qui n’est plus le cas. Nous mettrons sur pied un véritable plan de circulation en recréant du stationnement de surface.
 
Pour l’essentiel, au lieu de favoriser les investissements pharaoniques, nous mettrons l’accent sur le fonctionnement en aidant les acteurs locaux que sont les associations.
 
Nous rétablirons la sécurité qui plus assurée en certains lieux et à certaines époques en donnant plus de moyens que ce soit à la Police Nationale ou à la Police Municipale. Il faut davantage de policiers la nuit et une télésurveillance. Nous ne pouvons plus tolérer les débordements sur les plages les soirs d'été.
 
Nous favoriserons la création de logements sociaux et l’accession à la propriété en veillant à ce que les charges locatives soient modérées et justes. Nous essaierons d’assouplir les règles d’urbanisme pour permettre aux Biarrots de ne pas devoir d’exiler. Notre politique de proximité sera axée sur la vie des quartiers.

Quelles seraient vos actions concrètes en matière de démocratie participative et de statut de l’opposition si vous étiez élu Maire de Biarritz ?

On peut imaginer le recours au référendum consultatif d’initiative locale pour les grands projets qui touchent les Biarrots. Il serait aussi possible d’interroger régulièrement les Biarrots pour recueillir leur avis et leurs suggestions. Pour ce qui concerne l’opposition, nous proposerons que chaque mouvement dispose d’un bureau à la Mairie, d’un secrétariat et d’un espace d’expression inclus dans le bulletin local, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Les documents de chaque Conseil seront remis bien à l’avance et non 5 jours avant comme maintenant.

Comment vivez-vous Biarritz au quotidien ? D'où vous vient cette passion pour votre ville ?

Ma passion pour Biarritz remonte à ma tendre enfance. C'est aussi pour mon grand-père maternel. Armand GUILHOU, que je fais tout cela. Je représente la quatrième génération de Biarrots. Pour ce qui est de ma vie au quotidien, celle-ci est très simple. C’est une existence recentrée autour de ma famille, mon épouse, avocate, qui travaille avec moi, mon fils. Le travail est, bien sûr, très prenant car, comme vous le savez, mon activité d'avocat est intense. J'aime mon métier qui me le rend bien car c'est une jubilation de concevoir une défense et de développer une stratégie.

On vous connaît assez mal dans le fond. Etes-vous conscient de donner l'image d'un homme un peu froid, très discret, assez sévère alors que vos amis cous décrivent comme un homme chaleureux ayant beaucoup d'humour ?

L'image d'un homme un peu froid est peut-être liée à une certaine timidité qu'il m'a fallu surmonter. 
C'est vrai que j'aime me retrouver avec des amis et que j'apprécie l'humour et les soirées détendues qui me permettent de décompresser.

Pour mieux vous connaître, accepteriez-vous de nous livrer vos « jardins secrets » ?

L'un de mes passe-temps favoris est la lecture, principalement les romans historiques, tels que les œuvres d'Amin Maalouf, Max Gallo, Michel PEYRAMAURE, Robert MERLE, etc…

La peinture tient une grande place dans mon existence. D'une façon générale, tous les arts graphiques. Je peins des huiles et j'affectionne la photo.
 

https://sites.google.com/site/jbsaintcricqphoto/


Mes voyages ont souvent pour destinations des musées. Mes goûts sont très éclectiques. Vinci, Holbein, Delacroix, Van Gogh, Léger, Picasso, Miro, Dali, etc. 

D'une façon générale. je préfère l'art figuratif. 

Pour la musique, je suis partagé entre le baroque et la musique française, Fauré, Poulenc, Ravel... 

Bien sûr, j'aime le rugby, je joue au squash, j'aime l'informatique et même la mécanique. Je n'hésite pas à mettre la main dans le cambouis pour entretenir ma vielle moto BMW.