Plan d'exposition au Bruit

 
Plan d’exposition au bruit
 
Intervention de Jean-Benoît SAINT-CRICQ
au Conseil Municipal



L’utilisation du sol est réglementée dans l’intérêt même des populations. Le décret du 26 avril 2002 a prévu l’utilisation d’un nouvel indice tenant compte de l’exposition totale au bruit des avions et exprimé en décibels.

Le décret du 26 avril 2002 imposait la révision avant le 31 décembre 2005 de tous les PEB en vigueur. Nous sommes donc en retard de 6 mois !

L’étude ancienne remontait à 1974. L’étude nouvelle se situe à l’horizon 2012 pour le moyen terme et 2030 pour le long terme.

Actuellement nous avons 31.734 mouvements d’avions toutes catégories confondues. La hausse de trafic à moyen terme sera de 10.000 mouvements et à long terme de 16.000 mouvements, soit une augmentation de 50 % du traffic.

C’est dire que les nuisances vont nettement s’accroître et que le P.E.B. a une évidente raison d’être pour éviter de placer des populations en zone de nuisance.

Le P.E.B. est établi en fonction des valeurs d’indices Lden qui déterminent les limites extérieures des zones B et C lesquels indices sont fixés par le Préfet du Département après concertation élargie.

La Commission consultative a choisi les indices Lden 62 pour la zone B et Lden 55 pour la zone C. C’est protection maximale, étant entendu qu’il n’a pas été créé de zone D (car tout Biarritz serait concerné et parce que c’était facultatif).

Le résultat, c’est que la nouvelle zone est plus grande que l’ancienne et que par malchance les terrains que vous destiniez à de l’habitat social vont se trouver frappés par une inconstructibilité du fait de cette nouvelle zone d’exposition au bruit plus large de 150 m.

Alors, et c’est la surprise du chef : 
 
vous nous proposez d’entrer dans l’illégalité et d’exclure les terrains sur lesquels vous aviez des projets et qui, quoi que vous fassiez, sont bien dans la zone d’exposition au bruit des avions !!!!


Cette façon de procéder est choquante et traduit tout à la fois un mépris des règles de droit et des habitants défavorisés auxquels vous destinez cet habitat
.
 
Les oreilles des Biarrots défavorisés sont-elles moins sensibles que les vôtres ?


Nous savons que le trafic va s’accroître de 50% à long terme et il ne semble pas raisonnable de chercher à contourner des textes destinés à protéger les populations civiles. Il y va de notre responsabilité d’élus et nous ne souscrirons pas au vote que vous nous proposez.