RAPPORT SUR L'EAU

Rapport d'audit
de fin de traité de concession
du Service Public de distribution d'eau potable
de la Ville de Biarritz
 
 
Ce rapport d'audit a été établi à la demande de la collectivité à la fin du traité de concession.
 
Lors du Conseil Municipal du 19 décembre 2008 le maire a demandé de prolonger le traité de concession dont bénéficie la Lyonnaise des Eaux pour une durée de 9 mois, le temps de négocier une nouvelle concession qui serait d'une durée de 15 ans.
 
1ère observation :
 
Cette concession qui remonte à 1934 a été renouvelée en 1987 jusqu'au 31 décembre 2008 - on aurait donc eu largement le temps de renégocier sans avoir besoin de prolonger de 9 mois l'affermage ! La commune d'Anglet qui voyait son contrat venir à échéance au même moment a eu le temps de renégocier et d'obtenir une baisse significative du prix de l'eau !
 
2ème observation :
 
L'eau contient du plomb et un sondage ponctuel au quartier Aguiléra (rapport p. 14) a révélé un taux de 31,7 mg/l alors que le maximum légal depuis le 25 décembre 2001 est de 25 mg/l !
Ce sondage a donc mis en évidence un taux de plomb supérieur à la norme légale, ce qui constitue une infraction.
Le cabinet d'audit se permet pourtant d'indiquer sans craindre de se contredire, ce qui est suprenant, que la qualité physico-chimique de l'eau est satisfaisante.
Toutefois, le rapport préconise la mise en oeuvre dès 2009 d'une campagne d'analyses de la quantité de plomb présente dans l'eau et à grande échelle !
 
3ème observation :
 
La température de l'eau l'été est trop importante (p. 15 du rapport).
Elle a atteint 29° Celsius dans quartier du Phare le 19 juillet 2006 !
 
Des investigations sont à mener pour déterminer les causes de ces graves dysfonctionnements.
 
4ème observation :
 
Le nombre de branchements en plomb connus (à supprimer d'ici 2013) est de 54,7 %
 
Plus ahurissant encore 13,6 % des branchements sont dans un matériau inconnu du concessionnaire qui gère le réseau sans discontinuer depuis ... 1934 !
 
Autant dire qu'ils sont sûrement en plomb aussi !
 
68 % des branchements du réseau sont à changer.
 
Leur renouvellement pendant les cinq dernières années (0,69 %) a été qualifié de passable.
 
Sur l'ensemble de la période 1994 - 2007 il n'a été que de 0,60 % autant dire moins que passabkle pour ne pas dire médiocre !
 
5ème observation :
 
Ce retard pris dans la mise aux normes va coûter (p. 22 du rapport).
 
6ème observation :
 
L'installation de rechloration de la Négresse implantée le long d'une voie de circulation principale n'est pas règlementaire. Elle pose un problème de sécurité en cas d'accident routier.
 
Elle est dépourvue de sonde de détection de fuite de chlore renvoyant l'alarme au service de surveillance et de bac de neutralisation en cas de fuite.
 
Aucun affichage et aucun matériel de sécurité ne sont à proximité.
 
Les points 2, 3 et 6 sont de loin les plus préoccupants puisqu'il touchent directement à la sécurité publique. Le point 6 doit être traité en priorité.