URBANISME

 

Une politique dogmatique de l'urbanisme qui gèle toute possibilité de construire et une administration tatillonne avec les Biarrots.

 

Un certain nombre de dispositions ont été prises pour protéger les sites remarquables et 800 villas ont été classées dans la Z.P.P.A.U.P. ce qui garantit la conservation du patrimoine architectural Biarrot.

 

Toutefois, la politique déployée en matière d'urbanisme est plus que rigoureuse. Elle pourrait même être qualifiée de dogmatique.

 

Le principe retenu par la municipalité est de ne plus densifier et de refuser quasi systématiquement tout permis de construire.

 

Cette position est bien trop rigide. En effet, il existe des secteurs qui ne sont pas des sites remarquables et dans lesquels une urbanisation mesurée devrait pouvoir être effectuée. De petits programmes immobliers, des surélévations, des constructions de maisons individuelles.

 

Un peu de souplesse en cette matière permettrait à de nombreux Biarrots de loger leurs enfants qui, en raison du prix de l'immobilier ne peuvent plus vivre à Biarritz.

 

Quelques mises en chantier soulageraient la pression qui sexerce sur le foncier et feraient baisser les prix devenus inabordables pour les locaux.

 

Il convient, certes, de maintenir l'effort en matière d'habitat social, mais aussi de mettre en chantier de nouveaux programmes en adptant le Plan Local d'Urbanisme.

 

Ceux qui soutiennent que Biarritz est suffisamment dense ne tiennent pas compte de la nouvelle orientation en matière de développement durable, traduite par la Loi S.R.U. (Solidarité Renouvellement Urbain) qui préconise une densification des centre-villes afin d'éviter un accroissement du trafic.

 

Une réflexion est à entreprendre en ce sens et une remise à plat du P.L.U. s'impose pour donner plus de souplesse.

 

Par ailleurs, il est choquant de voir mettre en oeuvre des règles tatillones et de constater que des poursuites pénales sont engagées contre nos concitoyens pour des problèmes bénins qui mériteraient une médiation.